Histoire de Coat Amour

La première trace de Coat Amour remonte à 1451 lorsqu'un certain Alain Quintin était Seigneur de Coatamour ou Coat d'Amour. La propriété passa à son fils Richard puis à Antoine Quintin Sénéchal de Morlaix. Plus tard la terre fut vendue à Jean Oriot de Kergoat, Seigneur de Runiou, et par mariage fut transmise à Charles Joseph Haudeneau, ambassadeur extraordinaire de Louis XV auprès du Sultan du Maroc et Chef d'escadron des forces navales.

Quelques années avant la révolution, Coat Amour comprenait un grand nombre de bâtiments appelés le Manoir Noble. Autour de l'habitation principale se trouvaient une chapelle, un pigeonnier, un petit moulin et une ferme.

La majeure partie de la structure actuelle fut construite en 1805 dans le style des malouinières surplombée d'un toit d'ardoises flanqué de deux grandes cheminées.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le manoir, qui a cette époque était en piteux état, fut acheté en 1836 par Monsieur l'Abbé du Bourquet. En 1845, un autre propriétaire Charles Dulong de Rosney (fils du célèbre héros des guerres Napoléoniennes) commença les travaux de rénovation. En 1874, Hippolyte Dulong de Rosnay poursuivit les rénovations, suréleva le toit et y ajouta les deux grandes cheminées, la tour au côté nord de la maison ainsi que la bibliothèque de plain-pied avec sa porte fenêtre exposée au sud.

 

En 1920, le célébre Général Maxime Weygand qui participera à la signature de l'amnistie le 11 Novembre 1918, acheta Coat Amour à son oncle sur recommandation de son ami le Maréchal Foch. Le manoir fut réquisionné par l'armée allemande durant la seconde guerre mondiale et y édifia 3 blokhaus qui sont encore présents sur la propriété.

 

Le manoir demeura la propriété de la famille Weygand jusqu'en 1987. Il fut alors acheté par Monsieur Pierre et Madame Jacky Ploix qui investirent autant d'énergie que d'argent surtout dans le parc. Mme Jacky Ploix est entérrée sur la propriété. Aujourd'hui c'est un agréable lieu de promenade ou il fait bon flaner au milieu des allés ornés d'arbres centenaires. A l'origine, la moitié du domaine faisait partie de la paroisse de Morlaix, et l'autre de la commune voisine de Ploujean. Les remparts de Morlaix existent toujours et on peut encore les voir au milieu du jardin.

Le manoir fût acheté ensuite par M. et Mme Taylor, un couple d'anglais, qui durant une dizaine d'année y effectua une activité de Bed and Breakfast. De nombreux travaux ont été réalisés durant cette période notamment la restauration de la Maison du Jardinier. Il devient en 2015, la propriété de M. et Mme Zal qui y poursuit une activité de location de gites de chame et y intégre la magnifique propriété de Saint Kirio située sur la commune de Ploujean.

 
TwitterG+LinkedIn
English  Deutsch  Français  Español